Le Famas de l'armée française

Famas


-Dossier-

©

Le Famas.


Introduction.
Entré en service en 1978, le Fusil d'Assaut de la Manufacture d'Armes de St étienne est très vite devenu le fusil d'assaut emblématique et représentatif de l'armée française. Surnommé le "Clairon" par les soldats, il a acquis une bonne réputation auprès d'eux au fil des années, des interventions à l'étranger et des combats de plus ou moins haute intensité qu'il a connus. Son design très caractéristique fait de lui une arme facilement reconaissable et permet d'identifier immédiatement son porteur comme membre de notre armée, car malgré ses qualités le Famas n'a été que peu exporté par le GIAT. En effet, cette entreprise d'Etat est propriétaire de la Manufacture d'Armes de St Etienne, qui a derrière elle une très longue tradition de fabrication d'armes d'épaule et qui est le fournisseur de nos forces armées depuis plus d'un siècle. Bien qu'il ne soit aujourdui plus une arme à proprement parler de "dernière génération" de part son âge déjà avancé, le Famas F1 reste d'une conception très aboutie et a encore de beaux jours devant lui à travers ses dernières versions et le futur système FELIN.

Dévelopement.
Dans les deux décennies qui suivirent la seconde guerre mondiale la France accumula un certain retard par rapport aux autres grandes puissances militaires. En effet des pays comme l'URSS et encore plus les USA avaient déjà doté leur infanterie de fusils d'assaut standard, respectivement l'AK47 et le M16, et la Belgique avait conçu un excellent fusil, le FN FAL, qui remportait un grand succès à l'export. En 1967 on lança donc le programme de développement d'un nouveau fusil pour l'armée française, qui fut placé sous la direction de l'ingénieur Paul Tellie. La nouvelle arme devait remplacer toute une génération d'armes dépassées alors en service : les fusils semi automatiques MAS 49/56, mais aussi le pistolet mitrailleur MAT 49 et la mitrailleuse légère MAC Mle29, ce qui allait faire d'elle le fusil d'assaut standard de l'infanterie. Durant le développement, il fut décidé que le Famas serait une arme de type bullpup (voir description technique) entièrement en plastique et en métal, ce qui marquait une grande avance par rapport à ses prédesséceurs dont la conception était inspirée d'armes datant d'avant le seconde guerre mondiale. De plus il utiliserait la nouvelle (et très récente à l'époque) cartouche standard de l'OTAN, en calibre 5,56X45mm. Les premiers protoypes sortirent en 1971 et l'armée française commença des séries de tests dans les deux années qui suivirent. Ceux ci montrèrent toutes les qualités de la nouvelle arme et elle fut officiellement adoptée en 1978 sous la désignation de FAMAS F1, devenant alors le fusil d'assaut standard de l'armée française. Il fut donc ensuite produit en série au total à 400.000 exemplaires durant plus de vingt ans, avant que le GIAT décide de mettre en place des versions plus modernes de celui ci et stoppe sa production pour étudier son remplaçant futur.

Description technique extérieure du FAMAS F1.
Le Fusil d'Assaut de la Manufacture d'Armes de St étienne est basé sur un système de type bullpup. C'est à dire que ses mécanismes intérieurs, ainsi que l'éjecteur de douilles et le chargeur sont situés dans la crosse de l'arme, le canon y commençant également. Ce principe a pour avantage notamment d'aboutir à des fusils d'une taille limitée, puisque tout l'espace est utilisé, contrairement aux armes "classiques" de cette catégorie, qui ne se servent pas de l'intérieur de la crosse. Ainsi le FAMAS fait il entre 20 et 22cm de moins que son équivalent américain le M16, ce qui n'est pas négligeable, en particulier pour les forces spéciales dont les missions exigent souvent des armes compactes. De plus cette taille relativement faible n'entraine t'elle pas une diminution de la taille du canon qui aurait été préjudiciable à la portée du fusil ; pour continuer la comparaison avec le M16, celui ci ne dispose d'un canon long d'à peine 2cm de plus que le fusil français. Cependant les bullpups présentent le défaut de ne pas être réellement ambidextres (à part quelques modèles récents de chez FN comme le P90 ou le FN2000), car si un tireur gaucher vient à utiliser une arme pour droitier (ou inversement), l'éjecteur placé sur le coté de la crosse le plus proche de son visage envoiera les douilles dans la figure de celui ci, ce qui est pour le moins génant, voire dangereux. Ce défaut est cependant en partie compensé pour le FAMAS par la possibilité de changer l'éjecteur de coté en un simple démontage de l'arme, comme c'est également le cas sur le Steyr AUG. Si certains ne se privent pas de dire que cela fait de lui une arme ambidextre, il reste malgré tout clair qu'un démontage dans le feu de l'action n'est pas réaliste et que dans ce contexte un tireur ne pourra utiliser n'importe quel fusil d'assaut, au risque d'être franchement surpris au moment du tir. Il est à noter que le FAMAS fut l'une des premières armes produites en série à utiliser ce principe, avec le SA80 britannique dont la qualité n'était hélas pas au rendez vous. On peut donc dire que le fusil de la manufacture d'arme de St Etienne fut la première véritable réussite industrielle du système bullpup. Ce détail et le fait que son dernier né était en grande partie en plastique (bien plus que le SA80 notamment) font qu'au moment de son entrée en service le FAMAS compensait largement le retard technologique pris les années précédentes par la France dans ce domaine. Il faut également souligner la conception si unique et si caractéristique de cette arme au niveau de son design, qui ne ressemble à aucun autre et qui est identifiable au premier coup d'oeil. Ainsi son garde main surelevé et sa crosse massive en font une arme singulière et trappue, fierté des soldats français.

Fonctionnement interne et utilisation du FAMAS F1.
Concernant le tir en lui même, il se fait avec des cartouches M193 de 5,56X45mm standard OTAN, également dénommées .223 Remington. Le feu se fait au coup par coup ou en automatique, un curseur permettant également de choisir entre tir en rafales libres et tir en rafales de 3 cartouches. Ses organes de visée sont situés sur le garde main et la présence d'un bipied permet un maintenir l'arme plus stable lors du tir, ce qui permet d'en augmenter la précision. Ainsi le Famas s'avère être une arme très dangereuse même à grande distance, notamment lorsqu'il est utilisé en position couchée avec son bipied. De plus, il peut se voir greffer différents accessoires de visée, tels qu'une lunette ou un désigneur laser, qui augmtent encore sa précisions. Le Famas dispose de chargeurs droits de 25 coups, alors que la majorité des fusils d'assaut modernes utilisent des chargeurs courbes de 30 cartouches. Ce défaut n'est cependant pas extrêmement handicapent du moment que le tireur est habitué à utiliser le Famas et qu'il sait combien de munitions il lui reste. L'approvisionnement de l'arme se fait au gaz et son mécanisme est inspiré de celui des mitrailleuses ANF1 de 7,62mm utilisée par notre armée. Ce fusil d'assaut présente aussi la caractéristique de pouvoir lancer des grenades anti-chars (AC) ou anti-personelles (AP) ; pour se faire, la grenade est insérée à la sortie du canon et des cartouches de lancement sans balle dites à "feuillettes" sont placées dans des chargeurs qui leur sont propres, de manière à ce qu'on soit sûr que le tir ne se fera pas avec des cartouches à balle, ce qui aurait des conséquences facheuses. Le tireur relève ensuite une alidade de visée pour le tir courbe ou le tir tendu située sous la poignée de transport et appuye sur la détente comme il le ferait pour un tir classique. La cartouche à feuillettes vient alors percuter la grenade qui bouche la sortie du canon et celle fait partir celle ci.

Les nouvelles versions du FAMAS et le programme FELIN.
Au début des années 90, le GIAT présenta une nouvelle version du Famas, le G1. Celui ci avait subi des modifications au niveau interne (remplacement de petites pièces posant problème régulièrement) et au niveau de ses matérieux, puisqu'il s'était vu doté de nouvelles matières plastiques plus résistantes à la corrosion, entre autres avantages. Mais il n'entra pas en service dans l'armée française sous cette forme, et le GIAT créa alors une variante qui reprenait les innovations du G1 en y ajoutant l'utilisation de chargeurs de 30 cartouches au standard STANAG, les mêmes que ceux utilisés par la famille des M16/M4 américains. Ce nouveau fusil, dit G2 (pour 2ème Génération) fut tout d'abord adopté par la Marine Nationale en 1995, notamment à cause des problèmes de corrosion causés par l'eau salée sur le F1. A terme il devra également devenir l'arme standard de l'Armée de Terre, sa modernité redonnant des ailes au Famas, qui commençait à accuser son âge. Ainsi le G2 apparait comme une version modernisée et corrigée du F1. Les matériaux sont plus modernes, les chargeurs plus grands, la fiabilité a été améliorée, le pontet est beaucoup plus large pour permettre le tir avec des gants ou des moufles, mais l'aspect extérieur général et les éléments les plus caractéristiques qui ont fait le succès et l'originalité de notre Clairon n'ont pas été modifiée : garde main surélevé, bipied, capacité lance grenades... Cette nouvelle version garantit donc la pérénité du Famas pour les décennies à venir, mais elle se place également au coeur du nouveau projet pour l'infanterie, dont le développement a été confié à SAGEM. Ainsi ce dernier va en faire l'arme de base du programme de fantassin du futur, le FELIN, qui prévoit de très nombreux équipements de dernière technologie pour nos troupes. Ce système incorpore notamment des aides à la visée, des communications et des protections très modernes (voir photos de la gallerie).

-Fiche technique-




Caractéristiques :


Concepteur
GIAT
Calibre
5,56X45 mm
Longueur totale
760 mm
Longueur du canon
510 mm
Poids à vide
4,2 kg
Capacité du chargeur
25 cartouches
Portée efficace maximum
300 m
Cadence de tir
1000 coups par minute
Vitesse initiale du projectile
930 m/s



 

-Galerie photo-


 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 



 

 

 



 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Commentaires (5)

1. joan mascarenhas 21/09/2010

j'ador le famas c'est un fusil d'assau super beau et super efficasse niveau tir pas lourd et une bonne cadence de tir

2. fouquet 08/01/2011

très belle arme,mais je pense difficile d'en posséder un

3. fouquet 05/03/2011

cherche famas non neutralisé

4. Furious Angel 05/06/2011

Bonne cadence de tir,le recul est tres leger,les seules soucis que j'ai eu lors des tirs venait des munitions,sinon il est simplement impécable et très polyvalent.

Pour t'en procurer un Fouquet ... Je ne peut vraiment pas t'aider :s

5. Furious Angel 05/06/2011

Bonne cadence de tir,le recul est tres leger,les seules soucis que j'ai eu lors des tirs venait des munitions,sinon il est simplement impécable et très polyvalent.

Pour t'en procurer un Fouquet ... Je ne peut vraiment pas t'aider :s

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site